Ilias et Web 2.0

Share

Ilias open Source est une plate-forme d’apprentissage en ligne ou LMS (Learning Management System) utilisée par de nombreuses entreprises et dans le milieu éducatif, notamment en France, dans le cadre de l’ENT ARGOS de l’Académie de Bordeaux.

Outre ses nombreuses fonctionnalités, Ilias présente l’avantage d’être un outil ouvert qui permet d’intégrer facilement les contenus du Web 2.0.

Lors de la 2ème édition du salon des TIC l’Envolée Numérique qui s’est tenue à La Réole en Gironde le 10 avril 2010, M. Bruno Marty a présenté ses différentes possibilités offertes par ILIAS. Dans cette vidéo, qu’il a gentiment accepté de nous laisser publier, il montre comment intégrer une vidéo de l’INA ou de Youtube dans Ilias.

Pourquoi vouloir intégrer une vidéo du web plutôt que de la télécharger directement dans l’une des visionneuses d’Ilias (la galerie multimédia ou le médiacast par exemple) ?

Réponse :

  • parce que c’est plus rapide et plus simple (inutile de télécharger du net vers son ordinateur puis de charger la vidéo de son ordinateur vers Ilias),
  • parce que cela ne surcharge pas inutilement le serveur hébergeant Ilias (la vidéo reste sur le Web, Ilias ne fait que l’afficher dans ses pages),
  • et enfin parce que cela permet d’intégrer la vidéo dans un document enrichi qui transforme cette simple vidéo en un document didactisé pour une activité pédagogique.
Share
Ce contenu a été publié dans e-learning, ENT, Web 2.0, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Ilias et Web 2.0

  1. sans être spécialiste on peut se poser la question, est il stratégique de mettre tous ses oeufs dans le même panier ? la vraie question étant quels sont les mérites et les promesses de ces architecture ?

  2. LM dit :

    Merci pour votre commentaire.
    N’étant pas certain du sens de votre remarque, risquons tout de même une réponse.
    Cette question est peut-être celle qui justifie le mieux l’utilisation d’un ENT. En effet, l’ENT constitue dans le « cloud » le centre à partir duquel élèves et professeurs peuvent se rencontrer.
    Sans l’ENT, chaque professeur crée, au mieux, ses propres ressources, ses propres espaces numérique. Et si on se place du point de vue de l’apprenant, on risque avoir le prof de langue utilisant e-twinning, le prof de maths la plate-forme Wims, le prof de gestion ganesha, etc… le détour productif et la surcharge cognitive pour l’apprenant ne sont-ils pas alors réels et contre-productifs ?
    Une plate-forme commune apparaît donc indispensable.
    Seulement, comment faire pour que l’outil communautaire soit constamment au niveau des outils utilisés par chacun des utilisateurs ? La réponse semble être que la plate-forme soit ouverte à l’intégration des contenus du web 2.0.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*