Données sur les usages de l’ENT ARGOS en Aquitaine

Share

Le sujet des ENT (Espaces Numériques de Travail) connaît aujourd’hui un regain d’intérêt dans le débat public sur le numérique à l’école. De nombreux acteurs privés se positionnement sur ce nouveau marché et les politiques publiques éducatives locales et nationales intègrent systématiquement le recours à l’ENT.

ARGOS, l’ENT de l’Académie de Bordeaux

Parmi les nombreux projets développés dans les territoires, l’un d’entre eux mérite d’être mis en valeur. Il s’agit d’une expérience ancienne et originale par ses objectifs initiaux purement pédagogiques et le pari gagnant du logiciel libre : ARGOS, l’ENT de l’Académie de Bordeaux.

Porté par le Centre Académique des TICE (CATICE) du Rectorat de Bordeaux, l’ENT ARGOS a une longue histoire, qui remonte au moins à 2003. Sur les 5 dernières années, l’ENT ARGOS s’est considérablement développé, quantitativement et qualitativement. Il dispose aujourd’hui de nombreuses briques remplissant l’essentiel de ce dont ont besoin les établissements, les élèves, les professeurs et les parents (Apprentissage en ligne, validation de compétences, ressources pédagogiques multimédias).

Des données quantitatives sur les usages de l’ENT ARGOS sont disponibles sur le web.

En premier lieu, l’agence aquitaine des initiatives numériques, AECOM.org, publie chaque année un diagnostic de l’Aquitaine Numérique.

Diagnostic 2009

Diagnostic 2010
Source : http://www.aecom.org/Vous-informer/Publications/Diagnostic_AEC

[important]Entre 2008-2009 et 2009-2010, ARGOS est passé de 168 établissements impliqués à 311 (sur 400 collèges et lycées publics environ) et de 33 000 utilisateurs actifs sur Ilias à 65 000 (sur 220 000 élèves et professeurs environ).[/important]

Précisons que ces données sont essentiellement tirées de l’utilisation d’Ilias, la brique pédagogique d’Argos. Celle-ci est le cœur de l’ENT, sans doute la plus exigeante à utiliser car il ne s’agit pas simplement de saisir des données ou de cocher des cases mais bien de mettre en œuvre des activités avec les élèves avec des outils de e-learning et pour laquelle il n’y a aucune obligation réglementaire. Il s’agit d’une mesure d’usages purement volontaires.  Il ne s’agit pas d’une mesure de l’utilisation d’un logiciel de note par exemple où bien évidemment, on aurait près de 100 % d’utilisateurs.

Plus récemment, la revue Dialogues n°25 de mars 2011 (page 3) du Rectorat de Bordeaux indiquait les chiffres suivants de l’utilisation des briques ILIAS, GEPI et GIBII-OBII :

Source : http://www.ac-bordeaux.fr/club-de-la-presse/coupe-nationale-des-eleves-citoyens/dialogues.html

Tout ceci est aussi attesté par le site Educnet du Ministère de l’Éducation Nationale qui présente deux cartes de l’état du déploiement des ENT en avril 2011.

dans les lycées **:

Source : http://www.educnet.education.fr/services/ent/scolaire/deploiement/ent-etat-lyc-avril_2011

et dans les collèges **:

Source : http://www.educnet.education.fr/services/ent/scolaire/deploiement/ent-etat-col-avril-2011

[important]L’Aquitaine est donc l’une des régions les plus en pointe dans le déploiement des ENT dans les lycées et encore davantage dans les collèges.[/important]

** : légende des cartes

Share
Ce contenu a été publié dans e-learning, ENT, travail collaboratif, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*